Accéder au contenu principal
"Quand il y a un enfant en danger, il faut prendre toutes les mesures."

-Maître Llorente, avocat d'Éric P.

La justice s'est injustement acharnée pendant un an sur un enseignant injustement accusé du viol d’une élève de Genlis (21) malgré les preuves irréfutables de son innocence :

- Deux sur le même poste, il a été accompagné en permanence d’une collègue le jour des faits supposés.

- Le sperme d'un membre de la famille ayant été retrouvé sur la culotte devrait légitimement induire une nouvelle instruction et permettre le rejet du chef d'accusation.

Comment ne pas émettre des doutes sur le bienfondé de confier l'enquête aux gendarmes de la brigade de proximité alors que la plaignante est une des gendarmes de ce même secteur ?

Pendant que la petite est toujours en danger, le véritable agresseur n'est pas inquiété par la justice.

Nous demandons donc que la justice élargisse ses investigations au vu des éléments recueillis par l'enquête.

Bien que la Cour d’Appel de Dijon ait levée la mise en examen d'Eric, reconnaissant par là son innocence, il a besoin de votre soutien pour que toute la vérité éclate enfin et pour obtenir un non-lieu définitif.

Retrouvez le comité sur les réseaux sociaux :

Affaire de viol à Genlis : l'instituteur mis en cause dénonce l'inefficacité de la justice

Publié le 07/03/2018
Source : France Bleu

Eric Peclet, l'instituteur de Genlis accusé en novembre 2016 du viol d'une fillette de quatre ans avant d'être blanchi quatre mois plus tard par des résultats ADN, dénonce les lenteurs de l'enquête toujours en cours. Il a envoyé une lettre à la ministre de la Justice et au défenseur des droits.
En mars 2017, après quatre mois de prison, Eric Peclet était finalement mis hors de cause dans le viol d'une fillette de quatre ans de sa classe. L'ADN du sperme retrouvé sur la culotte ensanglantée de la petite fille, n'est pas le sien mais il serait celui d'un des membres de la famille de l'enfant. Depuis, il est toujours placé sous le statut de témoin assisté. A ce jour aucun membre de la famille de la petite n'a été mis en examen. Une situation insupportable pour l’instituteur de Genlis qui a décidé d'envoyer une lettre à la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, et au Défenseur des Droits, Jacques Toubon.

Depuis bientôt un an, malgré les expertises scientifiques accablantes, malgré les demandes répétées de mon avocat, la situation particulièrement choquante et alarmante est aujourd'hui celle-ci : aucune information judiciaire n'est ouverte visant l'auteur du sperme mélangé au sang du viol, qui reste auprès de l'enfant" - Eric Peclet, instituteur mis hors de cause du viol de la fillette.


Eric Peclet (à droite) et son avocat Claude Llorente ont décidé d'envoyer un courrier à la ministre de la justice et au défenseur des droits pour enfin avoir des réponses. © Radio France - Lila Lefebvre

"Madame la ministre de la justice, je me permets de vous écrire afin de vous alerter sur une situation d'urgence dont la Justice ne semble pas vouloir prendre toute la mesure dramatique. [...] Depuis bientôt un an, malgré les terribles expertises scientifiques accablantes malgré les demandes répétées de mon avocat, la situation particulièrement choquante et alarmante est aujourd'hui celle-ci : aucune information judiciaire n'est ouverte visant l'auteur du sperme mélangé au sang du viol, qui reste auprès de l'enfant". Ce sont par ces mots qu'Eric Peclet interpelle la ministre de la Justice. Il dénonce les lenteurs de la procédure qui n'ont pas permis depuis plus d'un an d'éloigner la petite fille de son agresseur sexuel présumé.

Du sperme retrouvé sur la culotte de l'enfant

En novembre 2016, les parents de la petite fille alertent la gendarmerie : ils ont retrouvé l'enfant avec une large tache de sang mélangée à du sperme sur sa petite culotte au moment de lui faire prendre le bain. Les enquêteurs interrogent l'enfant qui parle de son "maître", qui lui aurait "gratté le kiki". Le maître, c'est Eric Peclet qui assure un remplacement dans cette école maternelle. Il est mis en examen puis placé en détention.



Erci Peclet et son avocat ont reconstitué la principale pièce à conviction de l'enquête pour alerter la ministre de la Justice et le défenseur des droits. En rouge, les traces de sang, en vert, de sperme. © Radio France - Lila Lefebvre

Quatre mois plus tard, les résultats d'analyse de la culotte montrent que le sperme retrouvé sur la culotte est celui d'un membre de la famille de l'enfant. Eric Peclet peut alors sortir de prison. Il devra toutefois attendre jusqu'à novembre dernier pour que sa mise en examen prenne fin. Aujourd'hui, il reste placé sous le statut de témoin assisté.

À ce jour, aucun autre homme n'est inquiété par la justice dans cette affaire. Pour expliquer la présence de sperme d'un membre de la famille sur la culotte, la thèse de l’imprégnation indirecte est avancée. C'est-à-dire que le sperme se serait trouvé sur un autre vêtement dans le panier à linge sale de la famille, et au moment où les parents ont mis la culotte de la petite fille dans le panier, le sperme se serait mélangé au sang déjà présent.

La preuve est sur le bureau du juge d'instruction depuis un an !" Eric Peclet, instituteur mis hors de cause du viol de la fillette.

Une situation alarmante pour Eric Peclet comme pour son comité de soutien, qui compte près d'une quarantaine de personnes, dont d'autres enseignants. Ils ne comprennent pas qu'il n'y ait pas eu de nouvelles mises en examen alors que pour eux, la preuve de la culotte est indubitable. "Au regard de cette preuve accablante, indiscutable, de cette large tâche de sang mêlée à du sperme, nous pensions que la procédure irait vite, aujourd'hui cela fait un an et nous ne comprenons toujours pas pourquoi", s'insurge Claude Llorente, l'avocat d'Eric Peclet. Les deux hommes ont donc reproduit cette pièce à conviction qu'ils ont jointe à la lettre envoyée à la ministre et au défenseur des droits. "La preuve est sur le bureau du juge d'instruction depuis un an !" , insiste Eric Peclet.


Son comité de soutien était venu en nombre, parmi eux des instituteurs très inquiets pour l'avenir de la fillette. © Radio France - Lila Lefebvre


"L'instruction est toujours en cours, leur répond Eric Mathais, le procureur de la République de Dijon, il y a eu des investigations sous l'autorité du juge d'instruction, d'autres sont encore à venir". Procureur qui regrette que la temporalité de la justice soit sans cesse mise en cause : "Lors de la mise en examen de monsieur Peclet, on a crié à la précipitation, aujourd'hui on demande une procédure plus rapide ? Il faut laisser la justice travailler".
à lire Éric Mathais, procureur de la République de Dijon, est ce lundi l'invité de France Bleu Bourgogne

Ceci dit, le parquet reconnait que la situation est tendue au tribunal de Dijon, au lieu des quatre juges d'instruction nécessaires, jusqu'à il y a quinze jours il n'y avait qu'un magistrat en charge des dossiers.

Pas d'avocat spécifique pour la fillette

Ce cri d'alarme est partagé par l'association "Innocence en danger" , son avocate Maître Marie Grimaud s'exprimait dans le journal l'Express, elle s'insurge que dans ce procès l'avocate de la petite victime soit la même que celle de ses parents, "nous avons là un vrai problème de fonctionnement de la justice". Aujourd'hui, le père de la petite fille, qui fait partie des suspects reste partie civile et est donc défendu par le même avocat que sa fille.

Maître Marie Grimaud déplore que sa demande de désigner un administrateur ad hoc, qui permettrait de fournir à la fillette un avocat propre, n'ait pas abouti. Au parquet on rétorque que la demande est encore à l'étude, et n'a fait l'objet d'aucun rejet.


Posts les plus consultés de ce blog

Le résumé des faits

Mis à jour le 08/07/2017 Plainte pour viol Le jeudi 17 novembre 2016, une plainte est déposée contre Éric P. pour viol dans le cadre de ses fonctions d’enseignant dans une école maternelle de Côte d’Or. La victime, la petite Julie*, vient d’avoir 4 ans la veille du dépôt de plainte. Elle présente des traces d’agression sexuelle, et désigne spontanément l’enseignant, selon sa mère. L’agression se serait déroulée le lundi 14 novembre, jour où le père découvre des traces de sang dans la culotte de sa fille lors de la douche du soir.

Éric P. est interpellé et placé immédiatement en garde à vue le jeudi 17 novembre. Celle-ci sera prolongée. Éric P. nie en bloc les accusations. Il est placé en détention provisoire à la Maison d’Arrêt de Dijon le samedi 19 novembre. Il en ressortira plus de 4 mois plus tard, le vendredi 24 mars.

Un viol à l’école maternelle : est-ce possible ? Impossible. Ce lundi 14 novembre, Éric P. n’est pas seul sur le poste de professeur au sein de la classe. Il s’agit…

Côte-d'Or : accusations abandonnées contre un professeur accusé de viol sur une fillette

Publié le 15/11/2017
Source : France 3 National : 12/13
En Côte-d'Or, un professeur des écoles a été accusé de viol après qu'une fillette de quatre ans avait révélé avoir été victime d'attouchements sexuels. Ce mercredi 15 novembre, la cour d'appel de Dijon vient de lever sa mise en examen.


Le sourire de la délivrance. Entouré de son épouse et de son avocat, Éric quitte la cour d'appel de Dijon (Côte-d'Or) sous le simple statut de témoin assisté. Une victoire : toutes les charges retenues contre lui sont tombées. Un an que l'enseignant dénonce une erreur judiciaire, depuis son interpellation pour le viol d'une de ses élèves de l'école maternelle de Genlis, en Côte-d'Or.

Le principal suspect reste libre À l'époque, la petite fille de quatre ans identifie son professeur comme son agresseur. Il est mis en examen et incarcéré quatre mois. Mais des éléments vont semer le doute dans la tête des enquêteurs, notamment ces traces de sperme découvertes…

Interview d'Éric et son épouse au JT de M6

Reportage diffusé le 24/09/2017
M6, 19.45


Viol à Genlis : après cinq mois d'attente, le juge d'instruction nomme un administrateur ad-hoc

Publié le 16/03/2018
Source : France 3 Bourgogne Franche-Comté

© Maxime Villirillo
Selon nos informations, un administrateur ad-hoc va être nommé dans l'affaire de viol d'une fillette à Genlis. La semaine dernière, l'avocate d'une des parties civiles dénonçait à notre micro l'immobilisme de la justice dans ce dossier.

Un administrateur ad-hoc va être nommé dans l'affaire de la fillette violée à Genlis en 2016, selon nos informations confirmées ce vendredi 16 mars par le procureur de la République de Dijon.

En 2016, une petite fille avait été violée à Genlis. Dans un premier temps, son instituteur avait été soupçonné, avant que sa mise en examen ne soit levée. En janvier 2018, l’avocat de l’instituteur révélait que l’ADN retrouvé sur la culotte de l’enfant appartenait à "un proche de la famille".

Pour le moment, la fillette et ses parents sont défendus par le même avocat. L'ordonnance du juge d'instruction, prise le 13 mars 2018, de nommer un a…

Les fausses accusations d’abus sexuel

Dossier réalisé par le Groupe d'Étude sur le Sexisme
Mars 2011

Le présent dossier traite des fausses accusations d’abus sexuel : il ne met aucunement en cause l’existence d’abus réels, et la nécessité d’en confondre les auteurs. Les fausses accusations ne peuvent d’ailleurs trouver une crédibilité et prospérer que dans la mesure où existent ces abus réels : en 1996, c’est l’affaire du pédophile belge Dutroux qui a déclenché une vague de fausses accusations dans les pays d’Europe occidentale.
Tous les mis en cause dont les noms sont cités ont été blanchis par la Justice ou par leurs accusatrices.

1. Les fausses accusations sont vieilles comme le monde De tous temps, des individus malveillants en ont faussement accusé d’autres de méfaits divers, pour régler leurs comptes sans risque : ce genre d’acte est individuel et indépendant du contexte social.

Mais l’histoire connaît aussi, ponctuellement, des phénomènes de fausses accusations de masse. Elles atteignent ce niveau de masse parce…