Accéder au contenu principal
"Quand il y a un enfant en danger, il faut prendre toutes les mesures."

-Maître Llorente, avocat d'Éric P.

La justice s'est injustement acharnée pendant un an sur un enseignant injustement accusé du viol d’une élève de Genlis (21) malgré les preuves irréfutables de son innocence :

- Deux sur le même poste, il a été accompagné en permanence d’une collègue le jour des faits supposés.

- Le sperme d'un membre de la famille ayant été retrouvé sur la culotte devrait légitimement induire une nouvelle instruction et permettre le rejet du chef d'accusation.

Comment ne pas émettre des doutes sur le bienfondé de confier l'enquête aux gendarmes de la brigade de proximité alors que la plaignante est une des gendarmes de ce même secteur ?

Pendant que la petite est toujours en danger, le véritable agresseur n'est pas inquiété par la justice.

Nous demandons donc que la justice élargisse ses investigations au vu des éléments recueillis par l'enquête.

Bien que la Cour d’Appel de Dijon ait levée la mise en examen d'Eric, reconnaissant par là son innocence, il a besoin de votre soutien pour que toute la vérité éclate enfin et pour obtenir un non-lieu définitif.

Retrouvez le comité sur les réseaux sociaux :

Le résumé des faits

Mis à jour le 08/07/2017

Plainte pour viol

Le jeudi 17 novembre 2016, une plainte est déposée contre Éric P. pour viol dans le cadre de ses fonctions d’enseignant dans une école maternelle de Côte d’Or. La victime, la petite Julie*, vient d’avoir 4 ans la veille du dépôt de plainte. Elle présente des traces d’agression sexuelle, et désigne spontanément l’enseignant, selon sa mère. L’agression se serait déroulée le lundi 14 novembre, jour où le père découvre des traces de sang dans la culotte de sa fille lors de la douche du soir.

Éric P. est interpellé et placé immédiatement en garde à vue le jeudi 17 novembre. Celle-ci sera prolongée. Éric P. nie en bloc les accusations. Il est placé en détention provisoire à la Maison d’Arrêt de Dijon le samedi 19 novembre. Il en ressortira plus de 4 mois plus tard, le vendredi 24 mars.

Un viol à l’école maternelle : est-ce possible ?

Impossible. Ce lundi 14 novembre, Éric P. n’est pas seul sur le poste de professeur au sein de la classe. Il s’agit là du premier jour d’un remplacement de deux semaines, la directrice titulaire du poste étant en stage. Une autre enseignante, qui a l’habitude de décharger la directrice tous les lundis, est présente ce jour-là. Éric et cette enseignante font donc classe ensemble le jour des faits supposés. L’ATSEM est aussi présente régulièrement au cours de la journée, dans la classe ou pour le passage aux toilettes.

Plus tard, les dépositions des adultes présents ce jour-là dresseront un tableau parfaitement normal du déroulé de la journée. Ni cris, ni pleurs, ni tristesse, ni le moindre petit changement de comportement de la part de Julie*. Cette dernière déclarera plus tard qu’elle a eu mal et qu’elle a pleuré ce jour-là ; les témoignages des adultes de l’école contredisent formellement ce point.

L’enseignante confirme n’avoir quitté à aucun moment Éric P. sauf lors de la récréation d’après-midi où elle est sortie la première des couloirs avec les premiers élèves déjà prêts. Éric P. a fermé la marche avec les derniers élèves, rejoignant le reste de la classe 5 à 8 minutes plus tard selon l’enseignante.

Aucun élément tangible ne vient étayer la théorie d’un viol à l’école. Toute l’accusation repose sur la seule parole de l’enfant.

Or, les déclarations en question ne vont pas sans poser de sérieux problèmes :

Dans ses déclarations, les lieux de l’agression changent à chaque nouvel interlocuteur. Pour la mère de Julie*, cela s’est passé aux toilettes. Pour le médecin qui constate les lésions, cela s’est passé dans la salle de jeux. Pour les enquêteurs, cela s’est passé au coin cuisine (à priori dans la salle de classe). Pour la psychologue, cela s’est passé dans la salle de classe, mais elle ne sait plus où…

Pourtant, aucun de ses lieux n’est possible au vu des témoignages. Le juge d’instruction, lui, décrète que cela s’est déroulé en sortant en récréation, seule « fenêtre » possible. Ce lieu et ce moment ne sont pourtant à aucun moment évoqués par l’enfant. De plus, aucun camarade dans le groupe des retardataires n’évoquera quelque incident…

À noter que, dans ses déclarations, la petite Julie* explique que le maître lui faisait des milliers de bisous, qu’il l’a embrassée sur la bouche et que cela la faisait rire. Cependant, les témoignages de l’enseignante et de l’ATSEM indiquent qu’Éric a toujours gardé une distance par rapport aux élèves et s’est interdit tout geste ambigu lors de son remplacement. En outre, les anciens collègues d’Éric attestent qu’il a toujours su garder cette même distance et toujours su adopter des professionnels tout au long de sa carrière.

De toutes ces déclarations contradictoires, le juge ne retient qu’un aspect unique : la petite Julie* désigne clairement le maître tandis que les incohérences s’expliqueraient par le jeune âge de la victime !

Le recueil de la parole de l’enfant

Le recueil de la parole de l’enfant pose également de sérieuses questions.

Les parents déclarent avoir découvert les traces de sang sur la culotte de la petite le lundi 14 novembre au soir, et avoir demandé à la petite si elle avait « mal au kiki ». Elle leur dit que « oui » et ils lui appliquent de la crème sans poser aucune question sur les circonstances de cette blessure. « Ils ne se doutaient de rien ». La culotte finit au linge sale.

La petite est envoyée à l’école le mardi 15 novembre par ses parents de manière tout à fait classique. (Éric P., enseignant-remplaçant, est envoyé ce jour-là sur une autre école et n’est donc pas présent).

Le mercredi 16 novembre, Éric P. est de retour dans cette classe et il est cette fois accompagné en permanence d’une stagiaire. À midi, la mère récupère sa fille à l’école et aperçoit pour la première fois le maître. Elle décrit à cette occasion l’enseignant comme quelqu’un « au teint mat, mal rasé, le regard fuyant ». S’agirait-il là des traits fantasmagoriques d’un prédateur sexuel ? Tout ne s’expliquerait-il pas alors ?

Tout nous laisse à penser que la petite Julie* a pu être influencée pour désigner son agresseur si l'on considère que les faits présumés se seraient déroulés le lundi, qu'elle est venue normalement en classe le mardi et qu'elle a accusé son maître d'école seulement le mercredi.

D’ailleurs, est-ce parce que la mère a vu que l’enseignant était un homme qu’elle s’est mise à interroger sa fille et à lui faire formuler les déclarations que l’on connaît ? Et s’il avait été une femme, aurait-elle posé les mêmes questions ? Nous ouvrons là nos interrogations à la puissance du fantasme collectif dans ce genre d’affaires…

Autre élément majeur qui discrédite la parole de la mère : le témoignage de celle-ci change soudain devant la psychologue chargée d’expertiser la petite Julie*. Ce n’est plus à sa mère que la petite se serait confiée, mais à son père au moment de la douche qui lui avait été donnée en revenant de l’école « le jour de ses quatre ans » (donc le mercredi midi).

On peut légitimement douter de la spontanéité de l'accusation de la petite Julie* ne sachant plus vraiment qui a recueilli ses déclarations ni à quel moment elles auraient pu avoir lieu.

Conflit d’intérêts

Comment expliquer la rapidité avec laquelle Éric P. se retrouve ainsi en prison ?

Il faut préciser que la maman de Julie* est gendarme et que c’est à la gendarmerie que l’on demande de mener l’enquête.

Circonstances des plus troublantes, la maman affirme avoir échangé une conversation avec son supérieur hiérarchique de la gendarmerie dès le mercredi après-midi, précisant l'avoir fait depuis sa voiture, avec son kit mains libres et cela en présence de sa fille.

L’instruction se fera exclusivement à charge.

La maman dit dans ses dépositions : « je suis sûre qu’il l’a déjà fait. Il faut l’empêcher de nuire ». Les gendarmes vont donc logiquement enquêter auprès des précédentes écoles dans lesquelles Éric P. a enseigné.

Tous ses anciens collègues ont beaucoup d’estime pour lui et reconnaissent la qualité de son travail, de sa posture d’enseignant et de son éthique professionnelle. Est-ce la raison pour laquelle les dépositions recueillies auprès des écoles restent à l’heure actuelle totalement cachées à la défense ?

Les analyses ADN

Dans un premier temps, les expertises ADN sur la culotte tâchée que portait la victime ont simplement révélé l’absence de l’ADN d’Éric.

Une seconde expertise est réalisée en date du 23 mars 2017. Une tache de sperme de 7 cm sur 2,5 cm se trouve sur le devant de la culotte tachée ici également du sang de la petite. Il s’agit du sperme du père (voire éventuellement d’un frère).

Cet élément essentiel de l’enquête, ajouté à tous les autres, amène la défense à demander qu’Éric P. soit placé sous le statut de témoin assisté et qu’ainsi une enquête sérieuse puisse être menée sur le père.

Cette demande est rejetée par le juge d’instruction qui considère dès l’abord qu’il est possible que la culotte ait été « contaminée » dans le linge sale !

Plus ahurissant : au lendemain des résultats de ces expertises, absolument rien n’est entrepris de la part de la justice. Ni garde à vue, ni perquisitions, ni même la moindre audition du père.

Il faut attendre le 10 avril (soit presque vingt jours plus tard) pour que l’avocate des plaignants demande elle-même à ce que ses clients soient auditionnés au sujet du sperme retrouvé. Les auditions auront bien lieu séparément… mais l’une le 11 avril et l’autre le 12 avril !

Maître Berland expose ici à la presse le traitement fait par le parquet et le juge d'instruction de cette tache de sperme.

Genlis : témoignage de l'instituteur
Il y a 7 mois, à Genlis, un instituteur remplaçant était suspecté de viol sur une enfant de 4 ans. Interpellé, et écroué sous mandat de dépôt provisoire à la maison d'arrêt de Dijon, cet homme de 42 ans a été remis en liberté en mai dernier. Il a toujours crié son innocence. Aujourd'hui, le journal local "Le Bien Public" révèle que des traces ADN aurait été relevées. Elles mettraient l'instituteur hors de cause.  - France 3 Bourgogne  - Caroline Jouret et Romain Liboz


La situation d’Éric P. aujourd’hui

L’instruction est toujours en cours.

La demande d’Éric P. pour obtenir une copie de son dossier est refusée et de nombreux éléments de l’enquête sont cachés à la défense.

Éric P. a subi une garde à vue prolongée. Son domicile a été perquisitionné et il est apparu menottes aux mains devant ses enfants. Ayant enduré plus de 4 mois de détention durant laquelle il a été insulté, menacé, il est resté plusieurs mois sans salaire obligeant sa femme et ses quatre enfants à quitter leur logement. Il a heureusement reçu sa première paie début juin (il reste suspendu à plein traitement).

Il est urgent de se mobiliser pour contester une instruction bâclée et pour réhabiliter un innocent injustement inculpé.

Pour cela, il serait bon de répondre à quelques questions
  1. Pourquoi ne pas avoir accordé à un homme la légitime présomption d’innocence ?
  2. Pourquoi l’envoyer en détention malgré des dépositions précises de professionnels de l’éducation qui contredisent formellement la parole changeante de l’enfant ?
  3. Est-il éthique de confier l’enquête à la gendarmerie, corps dont fait partie la mère de l’enfant ?
  4. Est-il normal qu’un parent, surtout s’il est gendarme, ne « se doute de rien » lorsqu’il constate du sang dans la culotte de son enfant, au point de ne poser aucune question de circonstance ?
  5. Est-il normal que la découverte de sperme sur une culotte prouvant une agression sexuelle ne donne lieu à aucune investigation ?
  6. Est-il normal qu’un juge d’instruction vienne en aide à l’accusation en apportant le moment et le lieu du crime, en cherchant à justifier la présence de sperme dans une affaire de mœurs ?
  7. Est-il normal que nombre d’éléments (retours de commissions rogatoires, dépositions…) ne soient pas transmis à la défense ?
  8. Pourquoi n’accorde-t-on pas à Éric P. son droit légitime d’avoir une copie du dossier ?

Article rédigé par le Comité de soutien à Éric P.


*Remarque : Le prénom de la fillette a été changé en Julie.

Posts les plus consultés de ce blog

Les fausses accusations d’abus sexuel

Dossier réalisé par le Groupe d'Étude sur le Sexisme
Mars 2011

Le présent dossier traite des fausses accusations d’abus sexuel : il ne met aucunement en cause l’existence d’abus réels, et la nécessité d’en confondre les auteurs. Les fausses accusations ne peuvent d’ailleurs trouver une crédibilité et prospérer que dans la mesure où existent ces abus réels : en 1996, c’est l’affaire du pédophile belge Dutroux qui a déclenché une vague de fausses accusations dans les pays d’Europe occidentale.
Tous les mis en cause dont les noms sont cités ont été blanchis par la Justice ou par leurs accusatrices.

1. Les fausses accusations sont vieilles comme le monde De tous temps, des individus malveillants en ont faussement accusé d’autres de méfaits divers, pour régler leurs comptes sans risque : ce genre d’acte est individuel et indépendant du contexte social.

Mais l’histoire connaît aussi, ponctuellement, des phénomènes de fausses accusations de masse. Elles atteignent ce niveau de masse parce…

Viol à Genlis : après cinq mois d'attente, le juge d'instruction nomme un administrateur ad-hoc

Publié le 16/03/2018
Source : France 3 Bourgogne Franche-Comté

© Maxime Villirillo
Selon nos informations, un administrateur ad-hoc va être nommé dans l'affaire de viol d'une fillette à Genlis. La semaine dernière, l'avocate d'une des parties civiles dénonçait à notre micro l'immobilisme de la justice dans ce dossier.

Un administrateur ad-hoc va être nommé dans l'affaire de la fillette violée à Genlis en 2016, selon nos informations confirmées ce vendredi 16 mars par le procureur de la République de Dijon.

En 2016, une petite fille avait été violée à Genlis. Dans un premier temps, son instituteur avait été soupçonné, avant que sa mise en examen ne soit levée. En janvier 2018, l’avocat de l’instituteur révélait que l’ADN retrouvé sur la culotte de l’enfant appartenait à "un proche de la famille".

Pour le moment, la fillette et ses parents sont défendus par le même avocat. L'ordonnance du juge d'instruction, prise le 13 mars 2018, de nommer un a…

L'instituteur a-t-il été accusé à tort ?

Reportage diffusé le 03/12/207 Source : 66 minutes, M6
C’est une affaire hors norme, une affaire où un homme, accusé à tort, à tout perdu ! Il y un an, la vie d’Eric P. a basculé. Cet instituteur a été accusé du pire : le viol d’une de ses élèves de 4 ans. S’en suit une terrible descente aux enfers : détention, perte de son emploi, perte de son salaire et même de sa maison. Éric P le jure : il est innocent. Sa famille, ses amis et ses collègues se mobilisent pour apporter leur soutien à cet homme sans histoire ! Il faudra attendre près d’un an pour que des analyses ADN sur la culotte de la petite fille l’innocente et livre un nouveau suspect auquel personne ne s’attendait…




Le rapport qui innocente l'instituteur de Genlis

Publié le 6/09/2018
Source : Le Bien Public

Une nouvelle pièce s’ajoute au dossier dans l’affaire du viol d’une fillette à Genlis en novembre 2016. Un rapport médical et technique qui étaye la thèse qu’un proche de la victime, propriétaire du sperme trouvé sur un sous-vêtement, mélangé à du sang, serait l’auteur de l’agression.


« En conclusion, l’examen des pièces communiquées évoque en premier lieu que les deux taches de sang et de sperme constatées sur les sous-vêtements de l’enfant correspondent respectivement au sang de l’enfant (blessures des lèvres et de l’hymen) et au sperme d’un individu (identifié comme celui d’un proche, ndlr) ayant éjaculé au niveau de la vulve et du périnée. » Des phrases qu’on peine à lire, tellement les faits qu’elles mettent en lumière sont terribles. Mais ces quelques mots pourraient marquer un tournant significatif dans l’affaire. Le rapport qui pourrait tout changer Me Llorente défend Éric Peclet, l’instituteur qui avait été, dans un premier temps, a…