Accéder au contenu principal

La justice continue de s’acharner sur un enseignant injustement accusé du viol d’une élève de Genlis (21) malgré les preuves irréfutables de son innocence :

- Deux sur le même poste, il a été accompagné en permanence d’une collègue le jour des faits supposés.

- Le sperme d'un membre de la famille ayant été retrouvé sur la culotte devrait légitimement induire une nouvelle instruction et permettre le rejet du chef d'accusation.

Comment ne pas émettre des doutes sur le bienfondé de confier l'enquête aux gendarmes de la brigade de proximité alors que la plaignante est une des gendarmes de ce même secteur ?

Pendant que la petite est toujours en danger, le véritable agresseur n'est pas inquiété par la justice.

Nous demandons donc que la justice élargisse ses investigations au vu des éléments recueillis par l'enquête.

Il continue de clamer son innocence et a besoin de votre soutien pour retrouver sa famille et pour que toute la vérité éclate enfin.

Soutenons l’instituteur Éric P., nouvelle victime de la dictature de l’émotion en Côte d’Or

Article publié le 19/06/2017
Source : Agoravox.fr

Il y a eu le calvaire des accusés d’Outreau, l’affaire Loïc Sécher, l’affaire Christian Iacono pour ne citer qu’elles dans le scandale des innocents accusés à tort. On aurait pu penser que toutes ces erreurs passées inciteraient la justice à la prudence avant de broyer un innocent sur la seule parole d’un enfant de 4 ans. Mais hélas, la dictature de l’émotion n’a pas pris une ride et les justiciers sont toujours aussi prompts pour embastiller l’innocent, coupable d’être victime de la seule parole de l’enfant.

Depuis le jeudi 17 novembre 2016, Éric P., instituteur de maternelle à Genlis dans la Côte d’Or, est accusé d’un viol sur une petite fille de 4 ans pendant ses heures de classe du lundi 14 novembre. Placé en garde à vue pendant 48 heures, il a été jeté en détention provisoire pendant plus de 4 mois (libéré le 24 mars 2017) puis placé sous contrôle judiciaire à plus de 450 Kms de son domicile avec interdiction de se rendre dans la Côte d’Or où sa femme et ses quatre enfants résident (http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/cote-professeur-ecoles-suspendu-titre-conservatoire-genlis-1143579.html).

Gendarmerie, rectorat, justice et médias se sont abattus sur lui sans vergogne en oubliant toute forme de prudence, certains que la parole de l’enfant, recueillie dans des conditions pour le moins étranges, est source de toute la vérité. Peu importe les éléments de l’enquête qui innocentent Éric P. et devraient orienter l’instruction vers l’entourage familial de l’enfant.

Le calvaire d’Éric P. continue. Vive la dictature de l’émotion !
Les faits qui innocentent Éric P. sont pourtant très clairs pour qui a un peu de bon sens.

1 - Le lundi 14 novembre 2016, jour de la prétendue agression par l’instituteur, il y a tout simplement impossibilité matérielle du viol en classe vu le temps de quelques minutes pendant lequel Éric P. est resté seul avec les enfants, en groupe de surcroît au moment du vestiaire avant de quitter l’école. Le témoignage de l’institutrice qui s’occupait des enfants au côté d’Éric P. pendant toute la journée confirme cette impossibilité matérielle au niveau du temps, du lieu et du groupe d’enfants.

2 - On se dit alors que le bon sens va l’emporter ! Non, car la mère de l’enfant, gendarme de profession, déclare que la petite fille lui a dit, deux jours après l’agression soit le mercredi 16 novembre 2016 que le monsieur qui lui a fait mal est l’instituteur. Cela suffit à faire passer Éric P. derrière les portes d’enfer. La machine judicaire s’abat alors sur lui. Placé immédiatement en garde à vue et puis en détention provisoire, il sera ensuite jeté en pâture aux médias par une conférence de presse de la procureure.

3 - Une expertise des sous-vêtements de l’enfant est ordonnée. Or, surprise ! Cette expertise conclue à l’absence de l’ADN d’Éric P. sur les sous-vêtements de l’enfant. Voilà donc qui innocente l’accusé ! D’autant plus que cette même expertise met en évidence la présence d'une tache de sperme du père de l'enfant sur la petite culotte avec en son centre une tache de sang de l’enfant.

La preuve de l’innocence d’Éric P. devient flagrante. On se dit que son calvaire va prendre fin et qu’il aura droit à des excuses et à une réparation du préjudice subi.

4 - Hélas, c’est compter sans le doute du magistrat instructeur ! Voilà que ce dernier, si prompt à embastiller l’instituteur sur la seule parole de l’enfant rapportée par sa mère, est réticent à tirer les conséquences d’une expertise qu’il a lui-même ordonnée. Le père de l’enfant n’est pas inquiété ! Mieux que cela, la justice vole à son secours en émettant l’hypothèse que la tache de sperme a pu apparaître au cours d’un mélange des sous-vêtements de l’enfant avec ceux du père dans une corbeille de linge sale entre le lundi et le mercredi.

5 - Et, dans l’attente d’une nouvelle expertise, l’instituteur reste mis en examen et soumis à ce jour au même contrôle judiciaire qui l’interdit de se rendre en Côte d’Or, ce qui l’empêche de voir son épouse et ses quatre enfants. L’Éducation Nationale l’a privé de salaire depuis le mois de février 2017.

On croit vivre un cauchemar ! Mais hélas c’est la réalité de la justice qui parle.

Alors, soutenons Éric P. en signant la pétition pour demander la levée de son contrôle judiciaire et la protection de la petite fille au sein de sa propre famille.



Posts les plus consultés de ce blog

Le résumé des faits

Mis à jour le 08/07/2017 Plainte pour viol Le jeudi 17 novembre 2016, une plainte est déposée contre Éric P. pour viol dans le cadre de ses fonctions d’enseignant dans une école maternelle de Côte d’Or. La victime, la petite Julie*, vient d’avoir 4 ans la veille du dépôt de plainte. Elle présente des traces d’agression sexuelle, et désigne spontanément l’enseignant, selon sa mère. L’agression se serait déroulée le lundi 14 novembre, jour où le père découvre des traces de sang dans la culotte de sa fille lors de la douche du soir.

Éric P. est interpellé et placé immédiatement en garde à vue le jeudi 17 novembre. Celle-ci sera prolongée. Éric P. nie en bloc les accusations. Il est placé en détention provisoire à la Maison d’Arrêt de Dijon le samedi 19 novembre. Il en ressortira plus de 4 mois plus tard, le vendredi 24 mars.

Un viol à l’école maternelle : est-ce possible ? Impossible. Ce lundi 14 novembre, Éric P. n’est pas seul sur le poste de professeur au sein de la classe. Il s’agit…

L'instituteur accusé de viol témoigne

Article publié le 21/07/2017
Source :  Bienpublic.com





Cliquez sur les images pour agrandir Avec l'aimable autorisation de diffusion du Bien Public



Interview d'Éric et son épouse au JT de M6

Reportage diffusé le 24/09/2017
M6, 19.45


Viol d'une petite fille à Genlis : les analyses relancent l'enquête

France Bleu Bourgogne et France Bleu

Un instituteur de Genlis est mis en examen, suspecté de viol sur une de ses élèves, une fillette de 4 ans. La procureur de Dijon vient de confirmer que des traces de sperme retrouvés sur la culotte de la petite fille ne correspondent pas à l'instituteur, mais à un membre de la famille de l'enfant.
En novembre 2016, Éric, instituteur de 42 ans à Genlis, est désignée par la petite fille comme son agresseur. Un examen médical confirme que l'enfant a été violée. L'instituteur nie les faits.
Immédiatement, l'Éducation nationale le suspend et bloque son salaire. Pendant quatre mois, Éric reste en détention. Son épouse, qui ne peut plus payer le loyer, doit déménager avec leurs enfants chez un membre de la famille.
Les analyses changent la donne Le 24 mars, Éric est libéré sous contrôle judiciaire [strict]. (...). Il réside chez son frère, à Aix-en-Provence et pointe quotidiennement au commissariat. Pendant tout ce temps, il clame son…

Un instituteur de la Côte d'Or victime de la dictature de l'émotion !

Article publié  le 08/06/17
Source : Le blog des innocents
Le calvaire d’Eric P. continue. Vive la dictature de l’émotion !  Depuis le jeudi 17 novembre 2016, Éric P., instituteur dans la Côte d’Or, est accusé d’un viol sur une petite fille de 4 ans pendant les heures de classe du lundi 14 novembre. Placé en garde à vue pendant 48 heures, il a été maintenu en détention provisoire pendant plus de 4 mois (libéré le 24 mars 2017) puis placé sous contrôle judiciaire à plus de 450 Kms de son domicile avec interdiction de se rendre dans la Côte d’Or où sa femme et ses enfants résident. Gendarmerie, justice et médias se sont abattus sur lui sans vergogne en oubliant toute forme de prudence, certains que la parole de l’enfant, recueillie dans des conditions pour le moins étranges, est source de toute la vérité. Peu importe la suite de l’enquête qui pourrait innocenter Eric P. et devrait, peut-être, orienter l’instruction vers l’entourage familial de l’enfant. Le calvaire d’Eric P. continue. Vive…